Appelez nous : 06 27 24 70 02

Interview Benoit Gerard, Kennel of Freedom

benoit,gerard,nome,norvege,femmundlopet,finnmarkslopet,portrait

Benoit Gerard, l’un des meilleurs Français expérimentés dans le monde du mushing. Il travailla pour un grand nombre de mushers Norvégiens et Américains durant de nombreuses années. Anciennement handleur de Robert Sorlie, il participa à sa premiere LGO en tant que musher sur un désistement de ce derrier, qui a tout fait pour que Benoit Gerard prenne sa place.

Donc Benoit, dis nous en en un peu plus sur toi, ta vie, ta famille, ta situation, ton métier, ta passion?

Je suis né a Amiens (somme), j’ai 40 ans et je suis célibataire. Je vis en Norvège depuis 4 ans(en tant que résident permanent) après avoir voyager depuis plus de 10 ans dans les pays d’en haut (Alaska, Canada, États Unis, Finlande,Suède) .

Raconte nous la vie ou tu vis, raconte nous une journée type?

Je vis dans une cabine dans la foret sans eau courante, ni électricité. Mon premier voisin est a 5 km.C est un endroit idéal pour le mushing. L’hiver j’ai pas accès en voiture, je dois utiliser les chiens ou les raquettes (je suis trop nul en ski de fond :D). Je vis à la Jack London c’est  un rêve de gamin. Revenons donc à la dur réalité de la vie, je travaille dans les travaux publics (constructions de route plus exactement). J’ai 11 semaines de congés par an ( 8semaines off l’hiver et 3 semaines off l’été ).

Raconte nous le commencement, ton premier chien?Tes débuts?

Ma passion a débuté dans les années 90 avec l’achat d’un sibé chez un musher. (Jean Jacques Oudart). Jean Jacques et Jocelyne m’ont transmis le virus du mushing. Je tiens a les remercier d’ailleurs 😉 . J’ai commencé à entraîner mon sibé en vélo puis je suis passé au vélo 2 chiens et j’ai fait des courses. Là j’ai commencé à côtoyer le monde des mushers français. D’années en années j’avais une soif énorme d’apprendre tout sur le mushing. J’ai commencé à trouver des petits boulots de handler sur la pirena et les championnats du monde de moyenne distance. J’ai commencé à rencontrer de plus en plus de mushers au niveau européens. Aussi je lisais beaucoup de récits d expé au Canada, Alaska etc…L’envie de me payer un voyage dans les pays d’en haut était devenu mon principal but. Alors quelques mois apres je m’offrais mon premier voyage au Canada chez Nicolas Vanier. J’ai super sympathisé avec les guides Alain Brenichot et Jerome Allouc. Ils ont vu en moi un mordu de chien de traîneau. Deux ou trois ans après j’étais toujours en contact avec Alain pour lequel je montais au Canada pour lui donner un coup de main. Un jour il m’a demandé si j’étais intéressé d’entrainer un team de course pour Nicolas pour qu’il puisse courir la Yukon Quest 250 miles. Sans aucune hésitation j’ai accepté et rencontré Nicolas Vanier à Paris. J’ai tout plaqué en France depuis ce jour ma vie a totalement changé. Ma passion est devenue un style de vie. J’ai acquis beaucoup d’expériences au fil des années et aussi une notoriété en tant que handler. J’ai travaillé pour 3 Iditarod champions (Doug swingley, John Baker et Robert Sorlie ).

benoit,gerard,nome,norvege,femmundlopet,finnmarkslopet,traineau,neige

Tu as été très longtemps handleur de Robert Sorlie si je ne me trompe pas, raconte nous comment cela c’est fait, et tous ce que cela ta apporté?

Ma rencontre avec Robert Sorlie s’est faite par hasard en 2005 après sa seconde victoire de l’Iditarod. Je travaillais pour un musher italien (Fabrizio Lovati) en Norvège après avoir passé une année au états unis a entraîner ses chiens pour son premier Iditarod chez Doug Swingley. J’habitais à 30 km de chez Robert, j’ai demandé à des amis (Elisabeth Edland et Per Olav Gaussereide) si c’était possible de le rencontrer afin de voir à quoi ressemble ses chiens. C’est toujours intéressants de voir les chiens des mushers qui gagnent…. Donc je l’ai rencontré, on a bu du café et manger des gaufres (typiquement norvégien) et dans la conversation soudainement il me demandait si j’étais intéressé d’être handler pour la saison prochaine. Il savait que j’avais de l’expérience dans le milieu. Le monde est petit dans le mushing :D. J’ai accepté et la saison d’après j’étais handler chez Robert. J’ai eu beaucoup de fun et acquis beaucoup d’expérience chez Robert. J’ai couru 2 femund 600,1 Finnmark 1000 et une LGO. Robert m’a pistonné chez un musher alaskan pour que je puisse courir Iditarod (John Baker).J’ai eu beaucoup d’aide de la part de Robert. Il m’a aussi confié un team de 12 jeunes chiens a entrainer pendant deux ans. Ce qui m’a permis de mettre en application mon expérience accumulée au fil des années. J’ai couru la Femund 400 l’année dernière avec ce team de jeunes chiens sans expérience et j’ai réalisé une de mes plus belles courses de ma carrière en tant que musher.

D’après une source du net, tu l’as remplacer sur une course? Dur ou agréable?

J’ai remplacé Robert sur la LGO après s’etre blessé à la première étape. J’ai eu du fun sur LGO avec son team que j’ai dû prendre en main. C’était physiquement éprouvant pour le musher et j’ai adoré les parties techniques. La LGO n’est pas mon type de course,je préfère les courses de longues distances type Femund, Finnmark, Iditarod ou Yukon Quest que je n’ai pas à mon palmarès. On ne me voit pas sur les courses en France tout simplement parce qu’ il n y a pas ce type de courses. C’est dommage d’ailleurs.

benoit,gerard,nome,norvege,femmundlopet,finnmarkslopet,01

En parlant de Femundlopet, si cela ne te dérange pas parlons de ta ressente course, d’après nos partenaires sur place, tu aurais eu un soucis avec tes chiens? exact? raconte nous?

Cette année sur Femund mon but était le top 5. J’ai emprunté 10 chiens a un ami pour la saison car mon deal avec Robert était terminé. J’avais quelques chiens a moi mais ils étaient trop jeunes pour pouvoir courir la Femund. Les chiens que j’ai emprunté ont de bonnes origines (Ralph Johannessen) j’ai  donc entraîné beaucoup entraîné.J’ai aussi entraîné de façon différente avec de plus longs runs (type100km). Les chiens ont bien encaissés les entrainements jusqu au mois de janvier ou là il y a eu une sévère baisse de régime surtout après le Gausdal marathon. Le team n’est pas revenu au top de la forme avant la Femund. On appelle ça tout simplement un surentraînement  au lieu d’un entraînement. Une semaine avant la Femund j’avais décidé de ne pas la courir parce que je voyais bien que mon team n’était pas à 100% et moi aussi d’ailleurs car j’ai eu aussi une dure saison. Dans mon entourage on me disait allez vas-y tu t’es tellement investi tout au long de la saison. J’ai donc changé d’avis. La première étape s’est bien déroulée ensuite j’ai eu 2 chiens blessés à Dresvjo. « Shit happen ». L’étape suivante un autre chiens blessé là je me suis dit pas la peine d’aller plus loin oubli ton top 5 et pense aux chiens. J’ai décidé de scratcher a Sovollen. On apprend beaucoup de ses erreurs.

Le programme maintenant? Les prochaines courses?Les envies?

Mon plan maintenant c’est de prendre mon temps pour bâtir un attelage performant. Je compte 2 a 3 ans pour y arriver. Je pense courir des courses de 100 à 200km pour donner de l’expérience aux jeunes chiens ensuite retour sur Femund pour la revanche. J’ai un petit chenil d’une dizaine de chiens et je pense avoir une portée de chiots par an pour la relève. Je dois faire en fonction de mes moyens financiers, j’ai aucun sponsor.

benoit,gerard,nome,norvege,femmundlopet,finnmarkslopet,norvege

Parlons matériel, qu’utilise tu pour t’entraîner? pour les yearling? que conseil tu?

En ce qui concerne le matériel j’utilise un quad Polaris 500 Sportman pour l’entrainement sur terre. L’hiver en traîneau j’utilise un traîneau d’entrainement shunk de chez Snorre Naess et en compète un Sluid Jack de chez Antipode. Harnais de chez Bewe, ligne de trait et booties de chez Hundekjorerbutikken.

Je sais que les mushers et moi le premier n’aime pas qu’on parle de « préféré » ou de « favoris » dans un attelage ou une meute mais on a tous une petite préférence sur un détail, peu tu nous présentez ce chien qui pour toi à ce détail? son histoire?

C’est vrai on a toujours un petit préféré dans la meute. Ma préférée c’est Sunny une chienne qui m’a été offert par une amie. Cette chienne est un super leader elle donne tout pour moi. L’année dernière elle a emmené le team a une super place de sixième sur la F400.J’ai fait une saillie avec un mâle de chez robert qui a fini aussi en tant que leader la F400 l’année dernière avec moi. Je suis super satisfait des jeunes chiens de cette portée. Un bon départ pour bâtir mon attelage.

benoit,gerard,nome,norvege,femmundlopet,finnmarkslopet,sunny

Maintenant, y a t’il un musher que tu suit particulièrement, que tu préfère? et pourquoi?

Un musher que je suis de très près c’est Jake Berkowitz. Il était sur l’Iditarod avec un team de 16 chiens. Le team est un des plus rapide. Je suis hyper impressionné par la qualité de son attelage : Les chiens sont  content et ils ont bon appétit dans les check points. Impressionnant c’est un nom à retenir.

Raconte nous une des belles histoire qui te serais arrivé?

Une de mes plus belles histoires c’est sans doute  l’arrivée a Nome. Un des moments les plus grandioses de ma vie. C’est environ vers midi (à l’heure de l’apéro) que j’arrive a Nome en dogteam avec mes 9 buddies après 1800 km de joies et de galères, la sirène de Nome se met à retentir pour signaler l’arrivée d’un musher. Ce musher c’était moi les larmes aux yeux j’arrivais a Nome. J’ai réalisé encore un rêve.

benoit,gerard,nome,norvege,femmundlopet,finnmarkslopet,arrivée,nome

Un énorme MERCI à Benoit, un vrai plaisir cette rencontre. Le husky siberien te remercie, et je retiens ton invitation 😉 à jouer les Jack London.

 

Commentaires

comments

Laisser un commentaire

Swisscool Mushing

swisscool mushing logo

Animaute

Animaute.fr, site de gardiennage de chiens et chats partout en France

Facebook

Facebook du husky sibérien

GLOBE3T

GLOBE 3T fabricant des trottinettes tout terrain Evo et électriques